Planche / 5 minutes de symbolisme sur la voûte étoilée

Nous vous proposons de lever votre tête et d’observer notre belle voûte étoilée… ah oui, c’est vrai, nous n’en avons pas. Mais, ne nous arrêtons pas à si peu, elle reste symboliquement là.

Scientifiquement, les étoiles sont la vision du passé de notre Univers. Cette voûte étoilée nous englobe. Elle n’a pas de date précise, elle est universelle car même le monde profane la voit. Si loin, si près, son inaccessibilité la rend fascinante. Elle nous questionne sur notre place. Elle est un mystère à part entière et nous offre l’étendue infinie qui nous reste à découvrir. Nous prenons conscience de notre modeste place au sein de l’Univers.

Savons-nous seulement depuis quand elle est présente avec ses myriades d’étoiles, d’astres et de planètes dont les mouvements constants influent et impactent très probablement notre avenir ?

Pouvons-nous seulement l’imaginer ? Parce que le ciel étoilé, comme la voûte du temple, nous relie les uns aux autres, toujours avec la même intensité et la même stabilité. Son mouvement est immuable ; son intemporalité aussi. Que pensaient les premiers hommes lorsqu’ils regardaient le ciel ? Etaient-ils rassurés ? Quels symboles y voyaient-ils ? Existe-t-il un message et serions-nous en capacité de le percevoir ?

L’évolution de notre savoir nous permet aujourd’hui de comprendre que l’impalpable est susceptible d’exister. Cet impalpable serait-il donc le fruit de notre connaissance ?  En fait, nous devons accepter de ne pas avoir toutes les réponses.

Certes, la voûte étoilée n’a pas de fin par notre regard, même au travers du télescope de dernière génération.  Elle pourrait ainsi nous prouver à quel point la Connaissance n’a pas de limite.  En tant que franc-maçon, cela nous oblige à concevoir la progression par le travail. Ce travail sur la construction de notre temple intérieur avec cette Lumière conjointe de nos Frères et de nos Sœurs. 

Comme le Temple, la présence perpétuelle de la voûte étoilée est là pour nous rassurer et nous sécuriser. A bien y réfléchir, serait-ce donc cela que l’on nomme ataraxie (ou sérénité) et qui nous apaise de par sa force et son énergie ?

On peut voir aussi dans la voute étoilée le symbole de la représentation de toutes les loges du monde, chaque étoile symbolisant une loge allumée, une loge au travail. Il est toujours midi ou minuit quelque part, une loge s’ouvre, une autre s’éteint. Cela nous évoque ainsi la fin des travaux, lorsque nous rentrons contents car nous en en avons retiré profit et joie. Elle représente le clair et l’obscur. Après la lumière de la loge, quand on lève la tête vers le ciel parfois sombre et semblant vide : il nous faut apprendre à voir les mouvements lents et imperceptibles de la course délicate et subtile des étoiles pas toujours visibles.  

Ne soyons pas impatients. Le noir qui entoure la voûte nous rend plus humble, nous oblige à prendre notre temps pour nous habituer à la faible lumière des étoiles, afin que nous puissions, petit à petit, les découvrir.

Monde profane, franc-maçonnerie, peu importe, la voûte étoilée et ses représentations sont partagées par l’ensemble de l’Humanité, auxquels se rattachent tant de croyances différentes, symboles des dieux pour les uns ou de puissance supérieure et spirituelle pour les autres.  On la voit chaque jour (enfin chaque nuit plutôt) et pour nous Francs-Maçons, à chaque tenue.

Autre point de convergence : nous tous serions des poussières d’étoiles (dixit Hubert Reeves). Nous serions donc reliés à l’univers, créé avec lui, au milieu de lui. Le Temple dans sa symbolique devient ainsi la représentation de cet Univers, où chaque maçon brille comme un astre, par son travail et son assiduité.

C’est bien là le sens de notre propos : la voûte étoilée était là bien avant nous et le sera vraisemblablement bien après.  Elle transmet une sorte de constance, de tranquillité, de sérénité, quelque chose d’éternel. Elle fait partie de notre vie, de manière consciente ou inconsciente, et là, elle apparaît dans le Temple. Elle devient ce lien avec tous, présent, passé et surtout avenir, et reste un des premiers symboles.  Si nous sommes tous égaux, il est indéniable que nous faisons partie d’un tout, ce tout porté par la voûte étoilée qui garde en mémoire ceux qui sont passés avant nous, et ceux qui passeront après nous, telle est l’histoire de l’Humanité.

Alors, quid de ceux qui nous ont quitté ? La voûte étoilée nous offre le message de notre éternité parmi les nôtres. Dans le Temple, la Lumière des Frères et des Sœurs disparus brille encore. Leur travail dans la loge n’a pas été vain. Leur présence rayonne avec la même intensité.  Ainsi la transmission nous offre la possibilité d’évoluer. C’est la pierre à l’édifice comme on dit, pour construire ensemble les valeurs qui nous unissent : on apporte sa pierre infinitésimale à un édifice qui est bien plus grand que soi.

Puisque la transmission de la tradition reste inchangée, elle permet aux Frères et aux Sœurs de progresser, entrainés par la volonté du travail à accomplir. L’évolution des uns entraine les autres inexorablement. 

Le travail du maçon autour de l’apprentissage et de la connaissance apporte des perspectives sur un avenir commun. Chacun doit donc œuvrer pour le bien-être de l’autre et par extension pour celui de l’Humanité.  Sous la voûte, l’interrogation perpétuelle de notre devenir reste une question essentielle et collective. 

Pour conclure, comme le dit Hermès Trismégiste dans la Table d’Emeraude : « Tout ce qui est en bas est comme ce qui est en haut et tout ce qui est en haut est comme ce qui est en bas pour accomplir les miracles d’une seule chose… »

J’ai dit

Note : La Table d’émeraude est un des textes les plus célèbres de la littérature alchimique et hermétique. C’est un texte très court, composé d’une douzaine de formules allégoriques et obscures.

Selon la légende, elle présente l’enseignement d’Hermès Trismégiste, fondateur mythique de l’alchimie, et aurait été retrouvée dans son tombeau, gravée sur une tablette d’émeraude.

Planche lue le vendredi 15 septembre 2023

Planche / Bonnes vacances

V:.M:. Et vous tous mes Frères et mes Sœurs en vos grades et qualité.

Oublions pour un temps ce soir, les crises multiples, la morosité, le marasme politique et économique et surtout la violence comme nouvel outil d’expression. La période estivale qui s’annonce et les prochaines vacances appellent à un peu de légèreté.

J’ai donc choisi pour les dernières 5 minutes de symbolisme de la saison, d’évoquer une qualité que je pense relativement indispensable pour une vie gaie et dépourvue de monotonie : l’humour. Cette quasi-vertu n’est surement pas un frein à un comportement d’être humain responsable, fût-il franc-maçon ! L’humour participe de la notion de plaisir et de la bonne humeur. Car comme on le sait bien, le rire qu’il engendre est une chose sérieuse dont les bienfaits ne sont plus à démontrer. L’humour est spontané, presque inné et non réfléchi, ce qui en fait toute sa force.

De Rabelais qui dans l’avertissement en vers du Gargantua, proclame son intention d’écrire une œuvre franchement comique : « Mieux est de ris, que de larmes écrire, Pour ce que rire est le propre de l’homme.» à Desproges qui disait qu’on peut rire de tout, l’humour est partout dans l’histoire de nos vies. C’est un don subtil et merveilleux car il peut triompher dans les situations les plus délicates, désamorcer des conflits, et même être un exutoire à la souffrance. Et sans lui, imaginez qui pourrait nous sauver du ridicule…. C’est le complice de l’auto-dérision.

Quel bel exemple aussi que celui de Pierre Dac, qui composa cet extraordinaire rituel en argot ! ou les pensées d’Alfred Jarry comme celle-ci : « l’eau, liquide si impur, qu’une seule goutte suffit pour troubler l’absinthe. » Et celle d’Oscar Wilde que je préfère : « l’humour est la politesse du désespoir ».

Extravagant, facétieux parfois incongru, mais jamais vulgaire, l’humour est toujours brillant, de haute qualité, aussi osé soit-il. Il nous permet de prendre de la distance sur les êtres et les choses pour leur donner leur juste poids et leur juste place. Quoi de plus agréable quand dans le sérieux de nos Travaux, un trait d’humour vient dessiner un sourire sur nos visages et illumine nos cœurs. N’est-ce pas V:.M:. ? L’humour, arme de séduction massive est un art car il vient nous chatouiller l’âme avec des idées, des mots, des sons ou des images et déclenchent des émotions ou des souvenirs qui nous aident à vivre.

Mes Frères et mes Sœurs, comme je l’ai dit au début de cet exercice, l’humour introduit la notion de plaisir…, et quand le plaisir est présent, le bonheur n’est pas loin. Alors en guise de conclusion, je ne résiste pas au plaisir « gourmand » de partager avec vous un poème maçonnique écrit par une Sœur dont je vous laisse apprécier la saveur : Il s’intitule : LE MAITRE ET SON EGO

Un Maitre Maçon sur sa colonne somnolait.
Il écoutait une planche qu’un apprenti lisait.
De symbole encore il était question
Et il en avait entendu de bien des façons.
Ses tempes blanches et son tablier défraichi
En disait long sur son expérience de ces lieux ci.
Tout ce qu’on pouvait lui conter
Il les avait entendues en ses vertes années.
Rien ne pouvait le surprendre
Tant il était sûr de ne rien apprendre.
La douce mélopée de l’orateur
Le morfondait dans sa torpeur.
Que pouvait-on lui faire découvrir
Lui qui de tous les Rituels à parcourir
Avait retenu à la ligne près
La moindre phrase à réciter.
Du haut de sa colonne de certitude
Il contemplait négligemment la multitude.
Il n’avait plus à comprendre le Symbole
Étant à ses yeux lui, tout un Symbole.
Quant à commenter la planche de ses Frères
Une seule réponse de lui à faire
«Mon Frère, c’était bien documenté »
Lui qui n’avait rien écouté.
Et quand dans la magie d’un soir
Notre Maitre devient l’orateur de l’auditoire
Point question de rêvasser
De crainte de le froisser
Et de le voir tout ulcéré
D’un si grand manque de Fraternité.

Pourtant selon le principe de l’arroseur arrosé
Il en avait eu présentement la leçon au complet.
Qu’importe de tout connaitre
Si c’est pour s’éloigner des êtres.
Le partage est à double sens
C’est là la première des sciences
Maitres, Compagnons, Apprentis
Le chemin n’est jamais totalement fini.
Et qu’il faut bien se garder
D’une trop grande supériorité.
L’humilité est de mise
C’est la leçon apprise.
Notre Maitre tout à son égo
En a fait l’expérience tout de go.
Le dignitaire ne doit pas faire l’homme
Mais l’homme doit faire le dignitaire
C’est la toute une leçon en somme.
Dont nous devons apprendre les mystères.
Qu’importe de venir en Loge
Si personne ne s’interroge
À savoir que notre premier devoir
Est d’être un guide pour les autres dans le noir.
J’ai dit.

Planche / Le chiffre 3

Le chiffre 3. La symbolique du 3. Ce choix m’a paru évident. Evident à mes yeux dans mon
parcours de jeune maçon, car je découvre, j’écoute, je commence à peine à toucher du doigt le travail nécessaire pour « dégrossir la pierre ».
Mais finalement quel âge ai-je ?
« J’ai 3 ans … » dit-on à l’ouverture de nos travaux au grade d’apprenti.
Aussi je vous propose de m’accompagner dans mon voyage, non plus à l’extérieur de notre atelier, mais dans ma réflexion sur cette symbolique.
La première étape de ce voyage ne peut pas passer à côté d’un inventaire, que nous pourrions qualifier « à la Prévert ». En revanche, cette liste a été la colonne vertébrale de cette planche et m’a ouvert des portes dont j’ignorai l’existence jusqu’à présent.
Alors quels échos ai-je trouvé dans le chiffre 3 ?
Les plus évidents sautent aux yeux :
– Les trois formes de la matière : solide, liquide, gazeux
– Les trois dimensions spatiales
– Le passé, le présent et l’avenir
– Les trois couleurs primaires (bleu, jaune et rouge)
– Ou encore les trois règnes de la nature (minéral, végétal, animal)
– Au niveau de l’Homme
o La naissance, la vie et la mort
o Le corps, l’âme et l’esprit
o La pensée, la parole et l’action
o La thèse, l’antithèse et la synthèse
o Le matériel, le rationnel et le spirituel

Puis en regardant avec un angle maçonnique, le 3 est le chiffre de l’Apprenti, qui correspond aussi à son âge, au nombre de coups frappés à la porte du Temple et aussi nombre de voyages lors de l’initiation. Se trouvent également les trois couples d’outils de l’apprenti : Le compas et l’équerre, le maillet et le ciseau, le niveau et la perpendiculaire.
Au sein de la Loge, nous retrouvons trois officiers principaux disposant d’un maillet : Le Vénérable Maître, le Premier Surveillant et le Second Surveillant.
Ensuite, le chiffre 3 s’instille dans notre vie maçonnique : naturellement les 3 grades, les 3 pas, la triple batterie, la devise « Liberté, Egalité, Fraternité », les 3 côtés du delta lumineux, l’organisation du temple avec la colonne du Nord, du Midi et l’Orient.
A mesure que je lève les yeux, les chiffres 3 m’entourent, me cernent, m’observent.
Au-delà de la maçonnerie, le chiffre 3 est présent aussi dans le monde profane, religieux ou spirituel.
Dans le travail du bois, proche de la géométrie, il faut trois points pour trouver un équilibre sur un plan. En effet, un point définit un lieu seul et unique, deux points définissent une droite et enfin trois points définissent un plan (en deux dimensions).
Dans le Christianisme, nous retrouvons les 3 fondateurs d’Israël (Abraham, Isaac et Jacob), la Sainte Trinité manifestée en 3 états (le Père, le Fils et le Saint Esprit) ou encore les 3 rois mages (Melchior, Gaspard et Balthazar).
Dans l’Islam, le chiffre 3 peut renvoyer aux trois principes : Al-Islam (la pratique), Al-Iman (la foi) et Al-Ihsan (le perfectionnement).
Mais aussi, le 3 se retrouve dans le triple joyau du bouddhisme : le Bouddha (l’être éveillé), le Dharma (l’enseignement) et la Sangha (la communauté).

Mon voyage prend étape maintenant au plus profond de moi. Une partie de mes origines s’exprime sans pour autant m’en délivrer la lumière.
Dans le sanskrit, la syllabe la plus connue, utilisée dans l’hindouisme, le bouddhisme, le sikhisme ou brahmanisme : le « Om ».
C’est un mantra de médiation qui a une particularité, celle d’accorder trois sons en une syllabe : A-O-M… Ce son utilisé permet à celui qui le prononce de faire résonner dans son corps une vibration : tendre vers l’harmonie du passé, du présent et du futur.

Mon voyage prend un virage autour de deux notions intéressantes : l’harmonie et l’équilibre.

Je traduis une harmonie comme une sorte d’équilibre stable et qui se magnifie à mesure qu’il tient longtemps, telle une note de musique d’un violon tenue ou une note chantée. Cependant, comment décrire alors l’équilibre instable ?

C’est ainsi que nous arrivons dans le cœur de mon voyage : L’équilibre instable, un mouvement continu.
Dans mon parcours maçonnique, je me rends compte que je vis dans un équilibre entre mes Frères et mes Sœurs. Si je reste dans leur bienveillance et dans le confort du rituel, je me rends compte que je n’avance plus. Une sorte d’équilibre passif.
Dès lors, ma lecture du Trois m’enseigne une chose essentielle dans mon apprentissage de jeune maçon, c’est bien l’équilibre instable, celui-ci qui me pousse à sortir de ma zone de confort. Cette volonté personnelle de mouvement, qui donne un sentiment d’instabilité.
Cet équilibre instable qui m’impose le silence pour le volubile que je suis.
Cet équilibre instable qui m’amène à prendre conscience que ma vérité n’est pas une vérité absolue, donc à me questionner, à accepter les arguments de mes Frères et Sœurs pour intégrer dans mon esprit de nouvelles dimensions jusqu’alors inconnues.
Cet équilibre instable qui réunit les conditions menant notre groupe à l’égrégore, sans pour autant que ce soit automatique.
C’est bien cela une des clés de voûte de mon voyage : existe-t-il une voie pour un équilibre absolu autour du trois ? Cette voie qui nous amène à nous poser la question : que dois-je apporter à cette situation pour l’équilibrer ? Dois-je l’équilibrer ?
Si dans ma vie profane, j’essaie de tendre à l’équilibre entre l’amitié, la générosité, l’écoute pour apprendre des autres, en revanche dans mon parcours maçonnique… quel est mon rôle véritable dans cet équilibre ?
Une des réponses possibles serait un équilibre Apprenti / Maître / Loge.
Un équilibre qui s’approche plus d’une harmonie entre ces trois acteurs, qui m’amène non plus vers un apprentissage passif mais vers un mouvement. Je sens que je dois aller chercher, poser des questions, évoluer mais aussi pousser mes Frères et Sœurs au débat, à l’interrogation et au partage de leurs expériences.

Pour la dernière étape de mon voyage, je souhaitais mettre en lumière un point commun ou devrais-je dire 3 points communs que nous avons tous : notre passage sur Terre se symbolise par Notre naissance, notre vie, notre mort.
Lors de ma réflexion sur ce chiffre, j’ai compris au fur et à mesure que le 3 représentait l’équilibre. Lorsque dans ma vie, profane ou maçonnique, je me rends compte que j’ai essayé et je continue d’essayer d’équilibrer ma vie.
Equilibrer pour apprendre, équilibrer pour avancer, finalement équilibrer pour être en harmonie.
Voilà ce que le chiffre 3 m’a amené, dans les chemins de ma réflexion.

Planche / Une souris verte qui courait dans le cabinet de réflexion

Vénérable maître, et vous tous mes frères et mes sœurs en vos grades et qualités, un frère de mon atelier ayant 42 ans de franc-maçonnerie nous dit souvent que toute la franc-maçonnerie est comprise dans le rituel d’initiation du premier degré. Je pense que c’est très juste. Le cheminement maçonnique nous permettra de décortiquer et de comprendre l’expérience intime que nous avons vécu lors de notre initiation. Mais tout est déjà là ! L’aventure de l’initiation commence par le cabinet de réflexion. Déjà là, beaucoup de choses sont dévoilées à qui sait voir. C’est notre expérience de l’initiation qui nous permettra de comprendre cette expérience par un retour réflexif.

Peut-être même que nous apprenons des choses déjà dans notre plus tendre enfance qui vont nous servir lors de notre initiation. J’imagine que c’est le cas de cette fameuse chanson qu’est la souris verte qui courait dans l’herbe. Cette chanson ne nous donne ni plus ni moins que le secret de la pierre philosophale ! Cette pierre, qui est peut-être nous même, nous permettra de nous transmuter pour s’insérer dans l’édifice du temple que nous bâtissons.

Cette chanson, au combien alchimique, n’est pas facile à comprendre de prime abord. Il faut pour cela utiliser la langue des oiseaux qui nous aidera à décoder cette chanson. Et oui, nous transmettons aux enfants une chanson alchimique de génération en génération. La langue des oiseaux consiste à donner un sens autre à des mots ou à une phrase, soit par un jeu de sonorités, soit par des jeux de mots. L’orthographe n’est pas prise en compte.

Pourquoi l’appelle t’on la langue des oiseaux ? En fait, on utilise le mot oiseau car aucune de ces lettres n’est prononcé phonétiquement en français. Le o et le i forme le son WA, le s forme le son Z et les EAU forme le son O le x du pluriel ne se prononce pas. L’oiseau étant un volatile, on parle donc de langue volatile qui peut varier aux aléas des mots.

Prenons quelques exemples pour illustrer le propos : « la mort » deviendra « l’âme hors ». « La matière » donnera « l’âme à tiers ». Donc si l’âme est un tiers de la matière donc il y a deux autres tiers d’autre chose. En alchimie il y a 3 états : l’âme, l’esprit et la matière. « Secret » deviendra « se crée. » C’est peut-être cela le vrai secret de la franc-maçonnerie : celui de créer un humain meilleur et plus éclairé.

Il existe plein de chansons alchimiques. C’est un bon moyen pour faire passer des savoirs. La musique comprend 7 notes et des clés de portée. Il y a donc des clés pour ouvrir des portes qui mènent à quelque chose. On parle de gamme chromatique. Les clés auraient donc différentes couleurs et la musique serait les serrures à déverrouiller.

Je vous invite à ouvrir nos esprits curieux et amusons nous de jeux d’enfants pour percer le secret de cette chanson par diverses facettes.

Une souris verte qui courait dans l’herbe. Et bien ? Ça va être un peu difficile de la trouver cette souris ! Mais oui ! Une souris de couleur verte, qui court dans de l’herbe de couleur verte également. Comment trouver cette souris ? Elle est un peu cachée. N’y aurait-il pas là un message secret ? En alchimie, le vert est la couleur des choses cachés. Le mot vert peut donner également le mot de vertu. La vertu est une force morale avec laquelle l’être humain tend vers le bien.

Essayons de la décrypter : Une souris déjà « C’est quelque chose qui me fait un sourire » c’est donc une bonne nouvelle.

En alchimie, le projet est de combiner quatre éléments : le feu, la terre, l’eau et l’air pour en arriver à un cinquième : la quintessence. On pourrait dire que c’est l’essence de la quinte.

La souris verte se trouve à terre tout comme l’herbe. Donc nous trouvons le premier élément dont nous avons besoin : la terre.

Le second élément nous arrive très vite. Il s’agit du feu. Souri peut aussi donner le mot roussi. Il y a donc un feu caché dans cette souris verte. Il s’agit d’un feu doux qui couve à l’intérieur car il est justement caché. En alchimie, le four utilisé pour les expérimentations se nomme l’athanor. Le milieu de l’athanor ou se fait la réaction chimique prend la forme d’un œuf qui est alimenté par un feu doux. Ici, la souris n’est encore que fétus qui demandera à éclore plus tard lorsque la maturation sera accomplie.

Le vert est également la couleur de l’acide de fer. C’est un élément nécessaire dans la production opérative de la pierre philosophale. L’acide sulfurique lui est jaune. L’acide de cuivre lui est un acide sulfurique de couleur bleu. Il nous faudra combiner ces deux acides dans la réaction car le jaune mélangé au bleu donne du vert. Une fois l’acide de fer décomposé il nous restera du soufre et du mercure. Nous trouvons ces deux éléments dans le cabinet de réflexion.

Le vert est aussi couleur du printemps et donc du renouveau. Il nous indique une temporalité.

Pourquoi la souris court-elle dans l’herbe ? C’est pour nous montrer le troisième élément nécessaire. « Courait dans » devient « courant d’air ».

Continuons la chanson, « je l’attrape par la queue ». Il y a donc une substance laqueuse. Il s’agit ici de l’eau mercuriel. Mais on peut y voir aussi les maîtres queux, qui, par le passé, aiguisaient les couteaux de cuisine grâce à une pierre à affûter. Nous avons maintenant notre quatrième élément, l’eau.

La capacité d’attraper un objet caché qui se déplace très vite est aussi une preuve de dextérité. Cela démontre que l’alchimiste à de grandes compétences pour capturer quelque chose d’aussi fugace. C’est un chasseur expérimenté. Cela démontre que le travail qu’il faut faire sur soi pour pouvoir réussir cet exploit est important. Il nécessite beaucoup d’entraînement et n’est pas à la portée du premier venu. C’est une métaphore de l’initiation. Il faut oser frapper à la porte et avoir le courage de braver les interdictions. Une sentence du cabinet de réflexion nous dit « Si la curiosité t’a conduit ici va-t-en ! » Le courage du maçon est de braver cet interdit pour découvrir des savoirs cachés. C’est ainsi que le VITRIOL prend toute sa place : « Visite l’intérieur de la terre, en rectifiant tu trouveras la pierre cachée. » une phrase alchimique dit « Tu trouveras la lumière même au cœur des ténèbres » et se rapproche fortement de cette logique.

Je la montre à ces messieurs. Il faut lire « messieurs » en deux mots : mes cieux. Donc je la montre au ciel et donc je l’expose à la lumière. Y a t’il une source de lumière dans le cabinet de réflexion ? Il y a effectivement une bougie pour nous éclairer et permet d’écrire notre testament philosophique mais est-ce la seule source de lumière qui pourrait venir du ciel ? En réalité, cette source de lumière va arriver très prochainement. Le coq nous annonce que la lumière va arriver bientôt. Cette nouvelle source de lumière transpercera la pierre brute qui est en nous pour nous aider à la dégrossir.

En alchimie, trois étapes de travail vont nous permettre d’arriver à la Pierre Philosophale. Première étape, l’œuvre au noir qui permet la décomposition de la matière, la seconde est l’œuvre au blanc qui va permettre la purification et recomposition de la matière. La troisième, l’œuvre au rouge va faire entrer la lumière dans la matière.

« Ces messieurs me disent trempez là dans l’huile ». L’huile étant l’association du soufre et du mercure que l’on trouve dans le cabinet de réflexion. Nous sommes donc ici dans l’œuvre au noir qui permet de décomposer la matière. L’huile est un alcool de plante. C’est un spiritueux qui contient donc l’esprit de la plante. Lorsqu’on extrait l’huile de la plante, le résidu restant est le sel que l’on trouve aussi dans notre cabinet de réflexion. « Tremper là dans l’eau ». Donc l’eau mercuriel.

On remarque que l’expression « Ses messieurs » et « tremper là » sont utilisés à deux reprises dans la phrase. Il s’agit d’un effet miroir. Le miroir permet de réfléchir à notre reflet. Si on réfléchit, on obtiendra la connaissance et l’abondance. C’est donc en passant de l’autre côté du miroir que l’on peut voir la vérité et comprendre mieux cette chanson. L’utilisation à deux reprises de « Ses messieurs » permet de combiner la lumière de la lune et celle du soleil en l’exposant aux deux.

L’alchimie nous propose quatre éléments mais également deux natures. Ces deux natures sont le féminin et le masculin. On peut transmuter une nature dans une autre en passant de l’autre côté du miroir où tout est inversé. Ainsi, le « là » de « trempez là » peut devenir masculin. Le « là » ou le « le » signifie l’unité donc un. En appliquant la langue des oiseaux sur « tremper un » on obtient le mot « impétrant ». Il faut donc attrapé l’impétrant et le purifier se qui nous amène à l’œuvre au blanc. Cette purification se fera lors des différents voyages.

Le passage du féminin au masculin se voit aussi dans la phase : « Ça fera un escargot ». On est passé du féminin du mot souris au masculin du mot escargot. Cette transition est d’autant plus facile que l’escargot est un animal hermaphrodite.

« ça fera un » peut aussi devenir le mot séraphin. Dans la mythologie chrétienne, les séraphins sont des anges qui ont trois paires d’ailes flamboyantes. Ils possèdent donc six ailes rouges de feu. Leur arme est d’ailleurs l’épée flamboyante qui est posée sur le plateau du vénérable maître. Étymologiquement parlant, le séraphin est un serpent « brûlant » du désert, il a une vertu purificatrice. Les séraphins sont des créatures importantes dans les cieux, ce sont les anges les plus élevés dans la hiérarchie céleste. Dans l’ancien testament on trouve la phrase suivante « Des séraphins se tenaient au-dessus de lui » lui voulant désigner dieu ici. Delà à dire que la croyance chrétienne est polythéiste avec des anges étant hiérarchiquement au-dessus de dieu, il n’y à qu’un pas. Le séraphin à pour fonction d’ouvrir la matière grâce à son épée flamboyante pour en faire jaillir la lumière. On peut voir ainsi une troisième source de lumière dans le cabinet de réflexion. Récapitulons, la première source de lumière est la bougie, la seconde est annoncée par le coq et la troisième est la pierre philosophale qui est en nous et qui pourra éclore en dégrossissant les aspérités autour. Le Séraphin représente donc l’œuvre au rouge.

La fin de la chanson nous parle d’un « escargot tout chaud ». Un escarre est une lésion cutanée souvent due à une brûlure de la chaire. Et le son “got” d’escargot ou plutôt le gat en ancien français est le nom d’une pierre. l’escarre permet l’ouverture de la pierre pour trouver les secrets à l’intérieur. Finalement on obtient une pierre brûlante. Les alchimistes l’appellent : « Pierre Philosophale. »

A quel moment doit-on concevoir la pierre philosophale ? La chanson va nous donner des indications de temporalité. On sait déjà par la couleur verte qu’il faut la concevoir au printemps. On découvre aussi à quel moment de la journée il faut récolter la pierre brute. Si j’attrape une souris verte laqueuse, cela veut dire que l’herbe est humide. Le moment de la journée où l’herbe est humide est l’aurore qui est le moment de la rosée. La rosée est très particulière en alchimie. Car c’est une eau qui est portée par l’air et qui tombe sur la terre. C’est en plus une eau qui contient du feu car elle vient du même endroit où est issu la lumière donc du feu. Dans le mot aurore il y a le mot or qui donne le mot orient.

Le grand œuvre ou opéra est donc accompli. Nous avons combiné le soufre qui représente l’âme avec le mercure qui représente l’esprit grâce au sel qui représente le corps. Le sel est le catalyseur permettant la transmutation.

La légende veut que la pierre philosophale permet de transmuter la matière pour par exemple transmuter les vils métaux en or. Elle permettrait aussi de guérir toutes les maladies. Ce serait donc la panacée.

Mais le mot «or » peut aussi se décomposer comme eau et air. On traduit cela par le passage de la matière que représente l’équerre par l’esprit que représente le compas. La pierre philosophale est donc la capacité de se transmuter soit même en quelque chose de meilleur.

Voilà pourquoi on chante cette ballade aux enfants. Les enfants pourront se transmuter en adulte. Avec l’aide de cette recette, ils pourront créer leur propre pierre philosophale et ainsi transmuter notre monde. Ils pourront créer un monde de tolérance, un monde meilleur et plus éclairé.

Vénérable Maître, j’ai dit.